Articles

La philosophie d’Ichak Adizes, ou le P.A.E.I.

Une recette de longévité pour l’entreprise ?
La philosophie d’Ichak Adizes, ou le P.A.E.I. et comment la croiser avec Process Communication®

Jean-Claude Vercellino Ichak Adizes est un consultant américain spécialisé dans le management des entreprises, auteur de cette méthode à la fois simple et originale. Elle se fonde sur le constat que les qualités nécessaires à un dirigeant d’entreprise pour en assurer le développement, varient au long de la vie de l’entreprise. Or, pour la plupart d’entre nous, nous avons nos points forts, nos préférences, nos convictions, nos croyances, auxquels nous sommes attachés, et nous ne sommes guère enclins à essayer d’en changer.

Mais qu’est-ce que le P.A.E.I. ?

Pour fonctionner une entreprise doit :

Entreprendre, Produire, Administrer et Intégrer (son personnel). Et ces quatre fonctions ont chacune une valeur essentielle dans l’existence et le développement de l’entreprise. La défaillance de l’une d’entre elles peut conduire l’entreprise à l’échec.

Adizes n’a pas été le seul à se pencher sur ces grandes fonctions de l’entreprise, mais son originalité a été de définir et analyser les qualités, les traits de personnalité à mettre en œuvre pour réussir dans chacune de ces fonctions.

Lorsqu’une entreprise se développe, le dirigeant créateur a souvent tendance à recruter comme proches collaborateurs, des personnes ayant le même système de valeurs, les mêmes qualités que lui, de manière à se sentir en harmonie et éviter les divergences et les conflits que l’on redoute en phase de démarrage. Or, d’après Adizes, le bon choix serait de constituer une équipe dont chaque membre aurait d’abord les traits de personnalité indispensables à la bonne tenue de ses responsabilités.

Mais comment s’y prendre ?

Nous vous proposons dans un premier temps de décrire brièvement chacune de ces quatre fonctions et ensuite d’en déduire les qualités et traits de personnalité nécessaires à chacune d’elles, et ensuite de voir comment Process Communication® peut être une réponse à cette problématique du management d’entreprise.

A la création de l’entreprise, la fonction dominante est : ENTREPRENDRE. C’est à dire :

Concevoir, créer, imaginer, tester, rêver, penser à des stratégies jusqu’à ce que le produit, la structure existent, les clients soient trouvés et passent commande ou achètent.

Puis lorsque l’entreprise commence à tourner, la fonction production tend à prendre le leadership : il faut PRODUIRE le produit demandé, dans les temps demandés, au niveau de qualité exigé par le client, dans la forme souhaité.., et on fonce pour ne pas décevoir le client. On accepte tout ce que l’on est capable de faire. On ne refuse pas de travail lorsqu’on est encore dans la phase où l’on a des choses à se prouver. La fonction « Entreprendre » est remise au lendemain : « quand on aura un peu de temps ». On ne lâche pas la proie pour l’ombre ! Le risque de cette attitude étant que le management de la relation clientèle n’est pas correctement fait, ni la veille concurrentielle et technologique.., l’entreprise peut perdre de la pertinence dans sa réponse aux attentes du marché, avec les conséquences que cela peut entraîner.

Puis, si cette phase de développement s’est bien passée, vient le temps où l’entreprise commence à tourner à bon régime et recueille les fruits de ses efforts. On n’a plus besoin de courir après le client, il vient à nous. Le téléphone commence à sonner et sonne de plus en plus souvent. Il va falloir alors ADMINISTRER, c’est à dire : optimiser les achats, suivre la facturation avec rigueur, gérer la trésorerie, les flux, faire de la comptabilité analytique, repenser les tableaux de bord (si on en avait fait !), remettre en question le choix de ses fournisseurs ou renégocier, gérer les relations avec les administrations de contrôle, etc. Il faut reconnaître que pour un Entrepreneur, la fonction Administrer est rarement une partie de plaisir ! On a souvent tendance à renvoyer au lendemain. Et pourtant si la fonction ADMINISTRER est mal tenue, l’entreprise risque de voir ses marges diminuer et avoir des résultats décevants malgré son haut niveau d’activité de Production.

Puis si l’entreprise continue de se développer, il va falloir recruter, et ensuite INTEGRER, c’est à dire faire en sorte que les employés soient motivés dans la réalisation de leur travail, aient des sentiments d’appartenance à l’entreprise, et soient capables de travailler en équipe en gardant à l’esprit les intérêts de l’entreprise. Il faut donc à ce moment une véritable fonction qui prenne soin du personnel et qui crée cette dynamique intégrative. Or, bien souvent, le Créateur-Entrepreneur est plus motivé par les tâches de production ou commerciales, que par l’aspect relationnel avec ses collaborateurs. Nous avons plusieurs fois entendu dans nos contacts avec des patrons de petites ou moyennes entreprises : « Nous n’avons pas de problèmes avec notre personnel. Les gens sont payés pour travailler et ils travaillent. D’ailleurs ils ont intérêt !… »

Oui, sans doute, mais comment mesure-t-on la perte de rendement due à la non motivation ? Lorsqu’un employé ne trouve pas la réponse à ses attentes motivationnelles dans l’entreprise, soit il change d’employeur s’il en a les moyens, soit il fait le minimum pour ne pas se faire licencier. Et la multiplication de ces comportements de retrait entraîne souvent une dégradation de la qualité ou de la quantité des biens ou des services produits. (Faisons exception des postes où il n’y a aucune initiative à prendre, par exemple : travail sur une chaîne).

Adizes cite dans son ouvrage de grandes entreprises américaines qui ont disparu en restant coincées sur la dominante Administrer et en négligeant les autres fonctions. C’est ce qui guette les entreprises qui vivent sur une « vache à lait » si elles n’y prennent garde.

Venons-en maintenant aux traits de personnalité à mettre en œuvre pour chacune des quatre fonctions.

PAEI
ENTREPRENDRE : créativité, fonceur, croire en son idée et avoir l’énergie de la porter jusqu’au bout, intuition, observation, courage pour oser prendre des risques, des décisions, etc.

PAEI
PRODUIRE : sérieux, logique, capable de créer une organisation efficace, responsable par rapport aux délais, à la qualité, etc.

PAEI
ADMINISTRER : patient, sachant respecter les règles, sachant éviter la bureaucratie, capable de se concentrer sur des tâches souvent peu passionnantes parce que répétitives, capable lorsqu’il traite un dossier compliqué d’en examiner toutes les facettes et de ne rien négliger, etc.

PAEI
INTEGRER : avoir le sens des relations humaines, savoir donner du temps aux salariés qui ont momentanément besoin d’une aide, d’un conseil, créer du lien entre les salariés, faire en sorte que les employés développent des sentiments d’appartenance à l’entreprise, traiter les différents avant qu’ils ne se développent trop, etc.

La lecture de ces paragraphes nous montre combien il est difficile de trouver spontanément tous ces traits de caractère et de personnalité chez une seule personne !

C’est pour cela qu’ADIZES, parle de « l’ère du travail en équipe », en disant pour que l’entreprise fonctionne bien il faut mettre à chaque poste de direction, une personne qui a les caractéristiques psychologiques lui permettant de bien réussir dans ces fonctions.

Voici en résumé, comment il énonce la problématique du management d’entreprise :

La problématique essentielle du management de l’entreprise… est que les qualités fondamentales demandées à un responsable d’entreprise varient au long du cycle de vie de l’entreprise.

Ce qui signifie que le manager devrait changer de personnalité, ou de convictions profondes au fur et à mesure du développement de son entreprise! Cela paraît relever de l’utopie.

Les points essentiels de cette problématique peuvent s’énoncer ainsi :

  1. le manager parfait est un être mythique. La perfection n’existe nulle part, et encore moins dans le management.
  2. l’entreprise a donc besoin d’être pilotée par une équipe et non pas par un individu. Les membres de l’équipe doivent avoir des styles complémentaires.
  3. le style des individus doit correspondre aux tâches qu’ils ont à accomplir.
  4. les conflits sont inévitables, et souhaitables.
  5. Pour que l’énergie dégagée par un conflit soit canalisée de manière constructive, il faut que le climat d’entreprise soit un climat de confiance réciproque, d’éducation mutuelle… bref qu’il règne un véritable esprit d’équipe.
  6. Pour que les entreprises se maintiennent longtemps au meilleur de leur forme, elles ont besoin le moment venu et à plusieurs reprises tout au long de leur cycle de vie, que se produisent des changements. Ceux-ci doivent être accompagnés par des décisions et des actions appropriées.

Chacun d’entre nous, de par son expérience professionnelle, sa structure de personnalité, possède sa fonction préférée, sa compétence dominante, qu’il aura inconsciemment tendance à privilégier : le technicien sera plus volontiers dans l’atelier ou le lieu de production, le commercial chez le client ou en relation publique, le gestionnaire devant ses dossiers, etc. Nous le savons, Il n’est pas facile de changer de personnalité seulement pour s’adapter à une situation. D’où la nécessité, lors d’un tour de table de recherche d’associés, ou lors des premiers recrutements, d’oser accepter des gens réellement différents de nous, en fonction des critères qu’Adizes met en évidence.

Et nous pouvons à ce moment-là croiser le PAEI d’Adizès avec Process Communication® de Taibi Kahler.

En nous référant aux traits de personnalité identifiés cités plus haut, et rattachés à chaque grande fonction de l’entreprise, nous en déduirons :

Pour la fonction « ENTREPRENDRE », il conviendra de mobiliser les ressources du type Persévérant et du type Promoteur, et nous savons que statistiquement, ces types de personnalité sont fortement représentés chez les créateurs d’entreprise.

Dans la fonction « PRODUIRE », il faudra mobiliser les ressources du type Travaillomane et du type Promoteur s’il s’agit de produire des résultats commerciaux de type Entreprendre (développer des parts de marché..) ou du type Rebelle lorsqu’on a besoin de créativité et d’un engagement enthousiaste sur une réalisation.

Dans la fonction « ADMINISTRER », il faudra mobiliser les ressources du type Rêveur, pour être capable de rester concentré suffisamment sur des dossiers, d’en étudier toutes les facettes, etc.

Dans la fonction « INTEGRER », il faudra mobiliser les ressources du type Empathique d’une manière générale, et les ressources du type Rebelle avec les employés qui préfèrent prendre les choses avec décontraction et amusement.

Tout cela semble envisageable dans une moyenne ou grande entreprise, là où l’on a une certaine marge de manœuvre en matière de choix de collaborateurs.

Mais si l’entreprise est petite, et qu’elle ne peut pas encore avoir un responsable dans chacune de ces quatre fonctions, alors il appartiendra au chef d’entreprise d’adapter ses attitudes et comportements selon les situations.

Mais ceci est une autre affaire…

A moins bien sûr de maîtriser suffisamment Process Communication® !…

Bibliographie :
« L’ère du travail en équipe » Ichak ADIZES, Editions d’Organisation

 

AUTEUR :
Jean-Claude VERCELLINO

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser les marqueurs HTML suivants :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Haut de page