Articles

Coaching et psycho pathologie : quand les coachs sont confrontés à l’augmentation des comportements pathogènes dans les organisations…

Marie José LacroixVous avez sans doute été interpellés par la demande croissante d’accompagnement concernant des comportements managériaux ou relationnels dommageables pour les autres, mais aussi pour la personne à coacher.

Un tel est désigné par son hiérarchique comme harceleur, décrit comme narcissique ou au perfectionnisme intolérable; une telle comme hystérique ou déprimée.

Vous avez été sensibles à la demande des managers confrontés à l’épuisement, à l’addiction au travail, à l’aspiration à la perfection, aux doutes sur leur capacité à » tenir » dans un univers incertain et instable…

Face aux larmes de fatigue ou de détresse qui parfois s’écoulent dans ce lieu du coaching – qui devrait être d’abord celui d’une pause réflexive permettant de recouvrer recul, sérénité, capacité de transformation, de remise en dynamique, de décision et d’action réfléchie – vous avez pu avoir le sentiment que ce lieu devenait port d’accueil où se dit l’incompréhensible, l’intolérable.

De fait, la charge de la pression psychique et physique du travail repousse sans cesse les limites. Les stress accrus aggravent ce qui n’était jusqu’à présent que des traits de caractère. Les personnalités « ordinaires » deviennent des personnalités dites « difficiles » ou « à risques ».

Les perversions relationnelles se développent. Harcèlement, rumeurs assassines…favorisent les angoisses paranoïdes. Concurrences acerbes, douloureux sentiment de trahison et d’abandon,…deviennent le quotidien de salariés pris par l’idéal de performance au service de l’entreprise gestionnaire et de leur propre narcissisme en déroute.

Les organisations et l’évolution du travail génèrent ainsi des pathologies collectives et individuelles.

A nous de favoriser le « réenchantement », l’adaptation aux contraintes du système, à accélérer les processus de deuil d’une carrière, d’un poste, de réduire ces comportements dommageables, voire de faire barrage aux passages à l’acte.

Nous pouvons en être déroutés si nous ne sommes pas suffisamment outillés dans le champ de la psychopathologie, face à ce qui n’est souvent que mécanismes de défense pour la personne afin de préserver son être, équilibre intérieur, santé mentale et physique.

Le coaching n’est pas de la thérapie. Nous devons savoir orienter et nous garder de toute confusion, imposture, psychologisation abusive.

Mais en tant que coach nous avons à intégrer l’impact sur les personnes de l’environnement afin de mieux saisir ce qui est à l’œuvre, dans le respect de la personne.

 

AUTEUR :
Marie-José LACROIX

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser les marqueurs HTML suivants :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Haut de page